Gerbeviller était une baronnie qui, passée au pouvoir des ducs de Lorraine, servit longtemps d'apanage pour les cadets de cette illustre maison.

Le premier seigneur connu est Gérard, comte de Kerford, seigneur baron de Gerbeviller. Sa fille, Adeline, épousa Simon 1er, duc de Lorraine, qui mourut en 1138.

Dès le XIIe siècle le château de Gerbeviller avait son importance. Il fut détruit, ainsi que la ville, au XVe siècle lorsque le duc de Bourgogne porta la guerre en Lorraine. Jean de Visse, seigneur de Gerbeviller, mort en 1409, le releva de ses ruines. En 1486 Madeleine de Visse épousa Huet, de l'illustre famille des du Chatelet, dans laquelle elle porta la seigneurie de Gerbeviller, et Anne du Chatelet la porta en 1590 à JoachimCharles-Emmanuel comte de Tornielle. Ce dernier, avec sa belle-soeur Christine du Chatelet, fonda les RR. PP. Carmes à Gerbeviller.

Cette baronnie fut érigée en marquisat par lettres du 4 mai 1621.

En 1636, pour que la Lorraine ne fut plus en état de porter ombrage à ses voisins, la démolition de tous ses châteaux fut décidée dans le conseil de Louis XIII. C'est alors que le château de Gerbeviller fut détruit de nouveau.

Anne-Joseph de Tornielle, seigneur de Gerbeviller, époux d'Antoinetle-Louise de Lambertie n'ayant pas eu d'enfants, peu de temps avant sa mort, arrivée le 30 mai 1737, choisit pour héritier Camille de Lambertie. Ce dernier a rebâti le château de Gerbeviller que donne la gravure ; et ses descendants le possèdent et l'habitent encore aujourd'hui. C'est également à lui qu'on devait les magnifiques jardins qui l'accompagnent. Il en confia l'exécution au célèbre Yves Descours, qui traça aussi ceux de Lunéville et d'Einville. Le beau talent de cet habile artiste lui valut en 1715 un anoblissement de Léopold. Les statues qui décoraient le parc furent sculptées par Remy-François Chassel, élève de Lecomte, sculpteur de Louis XIV.

Un vitrail de la chapelle de Saint-Antoine, annexe de la vieille église, portait les armes de la ville de Gerbeviller : d'azur à la croix d'argent, cantonnée de quatre gerbes de blé d'or, liées de même, à la bordure crénelée aussi d'or, timbrées d'une couronne murale d'argent, sommée de la croix de Lorraine de même, issant d'une gerbe de blé d'or. Devise : Fiat pax in virtute tua, et abandantia in tunibus tuis.