La maison de Lambertie ou Lambertye tient, sans contredit, un rang très distingué dans la noblesse du Limousin et du Périgord, et son origine remonte aux premiers temps de la féodalité. Cependant, par suite de la destruction de l'ancien château de Lambertie pendant les guerres des Anglais au XIVe siècle, il est impossible de retrouver les titres anciens qui auraient fait connaître la filiation de la famille avant cette époque On a recueilli dans les archives du Limousin et du Périgord quelques notes concernant divers personnages nommés Lamberti dans les titres latins, mais ce nom dérivé du prénom Lambert se trouve commun à plusieurs familles et l'on ne peut pas distinguer facilement à quelle famille appartiennent les individus mentionnés dans les titres. Nous avons choisi un certain nombre d'extraits qui paraissaient se rapporter plus particulièrement à la contrée habitée par la famille de Lambertie, et nous les donnons suivant la forme plus ou moins défectueuse usitée dans les notes prises au XVIIIe siècle, d'après les manuscrits de la généalogie de Lambertie et le volume 84 de la collection de Dom Fonteneau, de la bibliothèque de Poitiers.

La preuve la plus importante de l'antiquité de la maison de Lambertie consiste certainement dans la transmission de son nom patronymique au château qu'elle a construit. Les ruines de cet édifice présentant les caractères architectoniques d'une construction du XIIe siècle, on doit certainement faire remonter à cette époque l'existence du personnage qui a donné l'origine à la famille.

La position du château de Lambertie, situé sur la limite même du Limousin et du Périgord, et l'importance du bourg qui l'entourait, où se trouvait une église dont les substructions sont encore apparentes, donnent lieu de croire que les premiers seigneurs de Lambertie tenaient un rang considérable parmi les nobles du pays; et c'est avec raison que plusieurs auteurs comptent la maison de Lambertie parmi celles qui ont figuré aux Croisades, quoique les titres constatant ce fait n'aient pas été retrouvés.

« Plus que ses titres, ses domaines et ses alliances, ce qui a donné à cette maison son rang dans la noblesse française, c'est que toujours, partout et avant tout, elle fut une race de soldats. François II de Lambertie avec ses huit fils et ses huit petit-fils, maréchaux de camp, colonels ou capitaines, mais tous soldats, dont sept tués à l'ennemi, suffirait pour illustrer ce nom. Le régiment de Lambertie était célèbre dans l'armée et à chaque génération il y avait du sang de Lambertie sur les champs de batailles. » (Généalogie de la famille de La Rochefoucauld)

On peut penser avec grande vraisemblance que le Petrus Lamberti, miles, qui se trouve parmi les seigneurs de la cour du vicomte de Limoges, dans une charte de l'abbaye de Solignac de l'an 1196, était un membre de la famille de Lambertie, car ses fiefs s'étendaient dans plusieurs paroisses de la vicomte de Limoges.

La possession certaine de nombreux domaines autour de Châlus, Nexon, etc., par les Lambertie du XVe siècle, fait supposer, avec raison, que les Lamberti résidant dans ces paroisses aux XIIIe et XIVe siècles, appartenaient à diverses branches de la même famille. Il y a plus de difficulté à admettre comme se rattachant à la maison de Lambertie les seigneurs de Bones près d'Aubeterre, nommés Lamberti dans les titres latins, qui pourraient être des de Lambert. La distance assez considérable (une vingtaine de lieues) qui sépare Bones du château de Lambertie est déjà une présomption contre la communauté d'origine des Lamberti de Lambertie et des Lamberti de Bones. Cependant la généalogie manuscrite de la maison de Lambertie contient un fragment de filiation des seigneurs de Bones à cause du doute qui a toujours existé sur cette question.